RSS
RSS


 

 In the bleak midwinter...Leszik Vemström

Aller en bas 
Leszik Vemström
avatar

Avatar : Cillian Murphy
Age : 35
Emploi/loisirs : Directeur du RICS
Localisation : Elkport
Infos fermées
MessageSujet: In the bleak midwinter...Leszik Vemström   Lun 10 Sep - 13:38

Leszik Vemström
« Nobody work with me, they work for me »
« If you're soft on rebellion, it will grow »
Prénom : Leszik
Nom : Vemström
Avatar : Cillian Murphy
Etat civil : Celibataire
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Directeur du RICS
Age : 35
Nationalité : Suédoise, polonaise, américaine
Espèce : Humain
Rôle : Directeur
Ton caractère


Leszik est un homme à l'apparence calme. Que ce soit dans des discussions variées, des réunions, ou de simples échanges avec des commerçants, Lesznik n'était pas celui qui animait la discussion. Souvent calme, il demeurait toujours en retrait, et analysait les personnes de cette façon, tel un agent secret. On disait souvent de cet homme, qu'il était aussi froid que la glace, et qu'un rayon de soleil éprouvait des difficultés considérables à la faire fondre. La vie l'avait fait souffrir mainte et mainte fois, c'est donc pour ceci qu'il décidait de se vêtir d'un bouclier glacial, quelque soit la personne en face de lui.

Au travail, Leszik ne tolérait aucun écart de conduite. Il voulait que ses ordres soient exécutés en temps et en heure, et souhaitait par-dessus tout que ses soldats ne discutent pas ses demandes, auquel cas il s’agacerait rapidement. L'homme était un patron intransigeant, amère et peu aimé de ses employés...chose qui ne le dérangeait absolument pas. Il n'était pas ici pour se faire des amis, mais pour éradiquer ces créatures, et celui qui n'est pas content, n'a qu'a prendre la porte.

Malgré son caractère antipathique, Leszik eut quelques relations. Il s'ouvrait légèrement plus, devenait plus souriant et plus agréable à vivre. Cependant, ce n'était pas lui qui se mettrait torse nu à une fête d'amis pour se faire voir...Avec sa compagne, il préférait le romantisme à la folie.
Ton espèce


Lesnik n'a absolument rien de surnaturel, et il valait mieux pour prétendre être directeur du RICS. Il est un simple humain, pas forcément très musclé mais assez agile pour mener des combats endurants. Il s'entraîne durement pour garder la ligne et pour continuer d'être performant dans ses différentes chasses.
Ton histoire


Les vastes plaines dans lesquelles les vaches avaient l’habitude de brouter l’herbe grasse de l’été, étaient recouvertes d’une épaisse pellicule de neige, qui se cristallisaient par endroit du au froid polaire du pays. L’hiver s’était installé depuis plusieurs mois à présent, démoralisant les habitants en quête d’un quelconque rayon de soleil. En cette période de l’année, le temps demeurait long, fatiguant, monotone et les citoyens suédois aspiraient à l’arrivée du printemps. La Suède n’est pas le pays préféré des expatriés, mais pourtant, le pays offre un cadre de vie exceptionnel et surtout paisible pour accueillir un nouveau-né. Etant donné l’air très froid, la pollution est inexistante ce qui empêche à des dizaines de particules fines de se glisser dans l’organisme des enfants. 17,9% du territoire suédois est recouvert de forêts protégées par l’état, ce qui offre la possibilité de s’y balader l’été, aux premiers rayons du soleil.

Rösta Kenviski se plaisait énormément en tant qu’employée commerciale dans une grand enseigne polonaise. Elle n’avait pas un salaire excessivement haut, mais il était suffisant pour profiter pleinement de la vie en Pologne. Elle était issue d’une famille ouvrière et avait passé la totalité de son enfance enfermée dans un appartement. Grâce à ses études et son travail, elle eut la chance de louer une maison dans une banlieue calme de Pologne, ce qui augmenta sa jauge de bonheur personnel. Pour l’instant, Rösta était célibataire malgré ses yeux incroyablement bleus qui pouvaient faire chavirer n’importe qui. Agée de 30 ans, elle n’avait jamais eu de relation stable et se remettait souvent en question sur sa propre personnalité ou son propre physique qui semblait ne convenir à personne. Cependant, il ne fallait jamais perdre espoir auquel cas, la dépression viendrait gâcher un peu plus cette vie asservie à la routine. Un soir, après sa journée de travail, elle rencontra quelqu’un qui changea catégoriquement sa vie…

Jakob Vemström, journaliste et musicien à ses heures perdues, habitait dans la petite ville d’Uméa, dans la région appelée Västerbotten, en Suède. Le climat s’avérait être très rude étant donné que la province se situait près du cercle polaire, mais il offrait un cadre de vie magique. Ici, beaucoup de suédois, dont Jakob, se rendait au travail en chien de traîneau, en raquettes, ou en ski, ce qui détruisait complètement la pollution. Il gagnait assez bien sa vie pour se permettre un voyage en Pologne, voyage qui changea complètement sa vie…Comme le hasard fait bien les choses, Jakob et Rösta se rencontrèrent au détour d’une avenue fréquentée par des milliers de touristes. Rapidement, les deux étrangers s’entendirent remarquablement bien et le contact passa naturellement. Heureusement pour eux, ils parlaient tous deux anglais, ainsi, ils purent se comprendre très facilement. Malheureusement, le séjour de Jakob toucha à sa fin, et il dut repartir en Suède pour reprendre son travail. Rösta avait été une magnifique rencontre, c’est pourquoi, à l’époque où les téléphones demeuraient inconnus du grand public, Jakob envoyait régulièrement des lettres à la femme qu’il considérait comme sa future épouse…

Après trois ans à s’envoyer des lettres d’amour et après un accord commun, Rösta quitta sa vie en Pologne pour venir s’installer en Suède, dans la somptueuse demeure de Jakob. Au fil des mois, la polonaise apprit le suédois, et le suédois apprit le polonais, pour que chacun puisse communiquer librement dans sa précieuse et confortable langue maternelle. Rösta retrouva rapidement un emploi ; elle travaillait à présent comme réceptionniste, et gagnait nettement mieux sa vie. C’est pourquoi le couple purent s’offrir des weekend-ends au cœur d’une forêt vaste, dans lesquels Jakob exposait l’une de ses passions mystérieuses à sa petite amie…

Jakob venait d’une famille très particulière, le genre de famille qui pouvait faire froid dans le dos. En effet, son père, et son grand père étaient tout deux des chasseurs redoutés par les créatures surnaturelles…Oui, elles existaient depuis toujours, mais le grand public s’enracinait à se dire qu’elles n’étaient que des légendes d’un autre siècle. Pendant des années, ils tuèrent de nombreuses créatures, ne montrant aucune pitié pour celles-ci, ne ressentant aucun remords en voyant le sang sur leur main. Chasser était devenu une affaire de famille…Tout comme le RICS. Ces lettres demeuraient le joyau de la famille Vemström depuis que le grand père de Jakob, Enrik Vemström avait repris le RICS des mains d’un certaine Annabeth Parker, une fois que son père, Fitzgerald Parker fut décédé.. Les renseignements intérieurs des créatures surnaturelles, ou RICS, s’avérait être une organisation visant, au commencement, à protéger ces créatures. Cependant, avec l’arrivée de Enrik au commandement des opérations, tout ceci changea très rapidement. Il ordonna le licenciement de toute personne qui osait porter une once d’amour à ces monstres, et engagea des chasseurs professionnels, sans cœur et presque sans âme pour lancer une traque mondiale. Le RICS était devenu un lieu où des expériences tortueuses, sadiques et absolument pas humaines s’opéraient sur des cobayes de la famille Vemström. Les créatures redoutaient les rafleurs, ces combattants armés jusqu’aux dents chargés de capturer des cobayes pour les prochaines expériences ordonnées le plus souvent par le directeur lui-même. Une fois trop âgé, Enrik passa le flambeau de cette affaire familiale, à son fils, Kjell Vemström, qui, une fois son règne fini, passa les clés de la direction à son fils…Jakob….

Le suédois avait raconté de A à Z son passé à sa petite amie, n’oubliant pas de mentionner les horreurs qui se déroulaient au sein de l’établissement. Il eut franchement très peur qu’elle prenne la fuite, se rendant compte qu’elle s’est mise en couple avec un psychopathe qui adorait tuer, mais pour sa grande surprise, Rösta comprit ce « métier » hors du commun. Ainsi, alors que l’année 1983 venait de débuter, le couple demanda un visa pour déménager définitivement aux Etats-Unis, dans la petite ville d’Elkport dans l’état de l’Iowa, au sud du Wisconsin. C’est dans cette ville que le RICS avait bâti son siège, et il était toujours mieux de diriger une affaire sur place qu’à l’étranger. A l’aide de ses troupes, Jakob se battait quotidiennement contre cette horde de résistants qui avaient vu le jour il y a peu, et qui voulaient la destruction définitive du RICS. C’est à cause de ceci qu’il se dit qu’il devait créer une descendance…au cas où un combat lui était fatal. Il ne voulait en aucun cas voir le RICS disparaître, et discuta de la création d’un enfant à Rösta qui accepta volontiers de devenir mère.

Le 25 septembre 1983, Leszek Vemström vu le jour, alors que les arbres perdaient tristement leurs feuilles en vue de l’automne. L’enfant était devenu le petit bijou de la famille que Rösta, devenue femme au foyer, chouchouta quotidiennement pour qu’il se sente bien dans sa nouvelle famille meurtrière. Kjell, encore vivant mais fortement âgé, venait de temps à autre rendre visite à son petit-fils, et espérait qu’il serait un dirigeant impitoyable du RICS. Dès que Leszek put marcher de manière autonome, son père, qui avait l’habitude de jouer de la musique traditionnelle irlandaise, lui mit un violon dans ses mains. Au début, les notes étaient toutes fausses et la mélodie s’avérait être un vrai calvaire pour les oreilles, mais au fur et à mesure de la croissance de l’enfant, il s’améliorait petit à petit, rendant fier ses parents. Bronislaw était, dès son plus jeune âge, baigné dans trois cultures différentes. En effet, sa mère avait l’habitude de lui parler en polonais, et son père lui parlait suédois, en veillant à ne pas submerger son fils par tant d’information. Les Vemström étaient conscient qu’il fallait laisser grandir leur enfant à son rythme.

3 ans
A l’âge de trois ans, ce fut le début de la scolarité de Leszek. Comme ses parents étaient devenus riches grâce au RICS, le jeune polo-suédois eut la chance de rentrer dans une école privée, très prestigieuse, dans laquelle il put apprendre la langue du pays, qu’était l’anglais, à l’aide de son professeur et des autres élèves. L’enfant n’était pas un grand sociable et possédait que quelques amis. Ce n’était jamais lui qui se trouvait être le garçon populaire de l’établissement. A la maison, son père continuait de lui apprendre à se servir d’un violon mais ne parlait pas encore de la lourde responsabilité qu’attendait Leszek quand il grandira…

6 ans.

Maintenant qu’il était devenu un petit garçon aux cheveux bruns et aux yeux bleus, Jakob commençait petit à petit à entraîner son fils à la chasse. Il lui parlait, sans le brusquer, des créatures qui peuplaient le monde dans lequel les humains vivaient, et lui indiquait précisément que ces créatures n’étaient bonnes pour personne, et qu’il fallait les faire disparaître. La première arme que Leszek tenu, fut un simple couteau de boucher. Il s’entraînait à donner des coups dans le vide, afin d’apprendre à tenir une arme correctement, puis commença un léger combat avec son père pour améliorer ses réflexes et son attention qui s’avérait être indispensable dans un duel. Après cette séance de sport, Leszek partit faire ses devoirs d’anglais et de maths, comme un garçon modèle, mais accomplissait également les exercices grammaticaux de polonais et de suédois que ses parents préparaient lorsqu’il était en cours. Malgré son jeune âge, il arrivait facilement à jongler entre les trois langues pourtant si différentes les unes des autres…

11 ans

Alors que le petit enfant entrait au « Junior High School » ou, collège, il effectua son premier meurtre et devient une toute autre personne après cet événement qui chamboula son existence. Un soir de printemps, alors qu’il s’apprêtait à dire bonne nuit à sa mère, un loup-garou brisa la porte d’entrée et vient planter directement ses griffes dans l’estomac de Rösta, ce qui causa une hémorragie inévitable chez la polonaise. Leszek assista évidemment à la scène entière, mais n’eut pas le temps d’exprimer sa tristesse ou sa haine, que le loup chargea en sa direction.

-Leszek ! Ditt vapen ! (Leszek, ton arme !) Signala Jakob qui descendit l’escalier à tout allure, alarmé par ce chaos.
Aussitôt, l’enfant accourra dans le salon pour récupérer son pistolet, précieusement caché dans une boite en or, rangée dans l’immense buffet de la pièce. Comme son père lui avait appris, il chargea l’arme de balle en argent, et tira plusieurs balles dans le crâne du loup, qui s’était jeté entre temps sur Jakob. Le loup tomba raide mort sur le carrelage jaune de la maison, répandant son sang qui se mélangea avec le sang de Rösta. Leszek ne fut pas choqué de sa propre violence, malgré son jeune âge. Au contraire, il était comme heureux d’avoir vengé sa mère, mais psychologiquement, il n’était plus le même. Si, jusque-là, il avait été un garçon assez sociable, il se refermait à présent sur lui-même, devant froid, parfois méchant et sans cœur. Tout ce qu’il voulait, était de tuer le plus de monstres, pour éviter que d’autres familles subissent le même drame familial qu’il venait de connaître.

25 septembre 1995

Le petit Leszek venait tout juste de souffler sa douzième bougie, et pour l’occasion, Jakob l’emmena pour la toute première fois dans les bureaux du RICS, où il présenta en détails, ses collaborateurs, ainsi que les rafleurs. Leszek fut fasciné par l’immensité du bâtiment et fut impressionné par la carrure athlétique des rafleurs. Il voulait être comme eux, il voulait partir sur le terrain pour déverser son énergie dans le meurtre d’une nouvelle créature. Cependant, Jakob trouvait que son fils était encore trop immature et jeune pour partir sur le terrain. Il avait encore besoin d’entraînement, et avait besoin d’acquérir des précieux muscles. Il ne montrait pas les salles de torture où des expériences avaient lieu sur des cobayes, pour éviter de choquer Leszek, même s’il possédait déjà un esprit fort et peu fragile.

15 ans
.
Les temps avaient bien changé. Leszek venait d’entrer au « High School » ou lycée, et entamait sa dernière phase de sa scolarité. Comme avant, il demeurait un excellent élève qui rendait toujours ses dissertations à l’heure et qui ne manquait jamais les cours. Il n’était pas le plus populaire de son lycée, notamment à cause de son physique peu flatteur, mais il s’en fichait royalement. Tout ce qu’il voulait, était de récupérer son précieux diplôme pour pouvoir étudier à la précieuse université de Washington.  Sa carrure s’était développée et ses muscles pouvaient à présent se voir. Il commençait à ressembler de plus en plus à un rafleur, et devenait un professionnel des armes grâce à son père. Son « jouet » préféré était le sniper. Précis, discret et efficace, cette arme collait parfaitement à la personnalité de Leszek. En juillet 1998, le jeune adolescent effectua sa première mission, en compagnie de rafleur confirmés, et suivit les ordres de son père, confortablement installé dans son siège en cuir. Leszek, sniper accroché au dos, se rendit dans le centre-ville d’Elkport, et se cachait sur le toit d’un immeuble. A l’aide de sa lunette, il put facilement viser une sorcière tenant dans ses bras son nourrisson, probablement. Il se fichait d’avoir priver un enfant de sa mère, puisqu’il fut également privé de sa mère, bien qu’il soit plus grand. Il ne recroiserait sans doute plus jamais ce nourrisson, alors pourquoi avoir des remords ? Il exécutait les ordres et se fichait des conséquences de ses meurtres. Ce fut également en 1998, qu’il découvrit pour la première fois les expériences que le RICS menait sur les créatures. Au lieu d’être dégoûté par ces méthodes barbares, il prit un malin plaisir à entendre ces monstres hurler de douleur et supplier inlassablement les bourreaux. « Pas de doute, mon fils sera un excellent directeur » avait pensé secrètement Jakob en voyant le sourire sarcastique de Leszik.

19 ans.

Au revoir le lycée, et bonjour l’université. Leszik, grâce à ses excellents résultats à l’examen final du lycée, avait put décrocher une place à la prestigieuse université de Washington. Il partit étudier la littérature mondiale, qu’elle soit française, brésilienne, américaine ou suédoise, ayant la chance de découvrir d’autres langues comme le français ou l’espagnol. Il n’était pas bilingue dans ces deux dernières langues, mais pouvez aisément entretenir un dialogue avec un natif. Bien qu’il soit loin de l’Iowa, Leszik n’hésitait pas à prendre des nouvelles de son père, et du RICS, qui avait découvert l’espèce « hybride » depuis peu. En soit, elle était une nouvelle créature à éliminer…

Le temps passe aussi rapidement que les différentes saisons, et rapidement, Jakob commençait à avoir des problèmes de santé lié à son âge. Il décidait alors de passer le flambeau à Lesnik, âgé de 30 ans à l'époque. Il avait une confiance aveugle en son fils, et ce dernier travaillerait d'arrache pied pour ne pas décevoir son père qui lui avait tout appris du monde caché du savoir commun. Aujourd'hui, après 5 ans de "règne", Lesnik se voyait faire équipe avec sa cousine, Annabeth, qui venait tout juste de se réveiller de son très profond sommeil...

Dis-nous en un peu plus sur toi...
Ton pseudo : Mom's
Ton âge : 19 ans
Tes années RPG : 1 an
Comment as-tu découvert le forum ? Je dis merci à la fonda Wink
Le code secret :
Désires-tu nous rejoindre sur Discord ? Oui
Un dernier mot ? Je vais vous anéantir mes précieux.
Par Onyx de Never-Utopia, inspiré de cette fiche de Pastomaniac.
Revenir en haut Aller en bas
 
In the bleak midwinter...Leszik Vemström
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Bleak House" (La Maison d'Apre-vent)
» Bleak house : Dickens
» Kenneth Branagh
» Semaine 1: Prologue et livre 1er, chapitre 1
» Carey Mulligan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epithelium Obsession :: Au commencement :: Raconter son histoire :: Les présentations-
Sauter vers: